Le premier salon du livre adapté, qui s’est déroulé les vendredi 31 janvier et samedi 1er février 2014, dans les murs de l’IJA, a remporté un vif succès.

Quelques 350 personnes se sont déplacées de différentes régions de France et de Belgique, pour découvrir le livre adapté, sous toutes ses formes…

L établissement organise chaque année une manifestation de grande envergure afin de faire connaitre son savoir- faire, son activité, sa technicité même. Depuis plus de 150 ans cet établissement de 80 professionnels œuvrant dans le champ du « handicap » accompagne chaque année environ 160 projets individuels, d’enfants, adolescents et jeunes adultes de la naissance à l âge de 20 ans.

Cette année c’est autour de l’accès à la lecture, par le biais de supports de plus en plus diversifiés, qu’il a ouvert ses portes.

Il s’intéressait à la lecture pour tous, en balayant tous les supports à destination des personnes déficientes visuelles. C’était une première et ce salon a suscité un réel engouement.

Le salon s’adressait en premier lieu aux enfants déficients visuels et à leurs familles, mais également aux partenaires sociaux, aux lillois, au grand public…à tous les adultes ayant des difficultés visuelles et aux personnes vieillissantes…qui aspirent à retrouver un confort de lecture.

Communément lorsqu’on parle de livres adaptés on pense aux caractères agrandis et bien sûr au braille. Mais en fait il existe une multitude de supports différents comme il existe une multitude de visions différentes
Un premier objectif était de réunir autour d’un même thème des exposants de toute la France, désireux de faire connaitre tous ces supports.
Depuis le livre braille jusqu’au livre numérique en passant par les livres audio et tactiles, les personnes ont un accès de plus en plus diversifié à la lecture.
Le choix des livres s’est considérablement enrichi depuis une cinquantaine d’année mais donner le gout de lire à un enfant mal voyant c’est compliqué.
Les enfants voyants sont sollicités par des images qui rendent le livre attractif. Pour les enfants déficients visuels , il faut varier les supports afin de rendre la lecture agréable, et augmenter le panel d’ouvrages à leur disposition.
Transcrire un livre en braille, fabriquer un livre tactile, c’est cher et cela prend du temps. Les associations et les familles qui s’y consacrent mutualisent souvent leurs ressources et échangent les documents pour assurer une certaine diversité.

Les nouvelles technologies apportent un accès plus facile à la lecture, lire en ligne grâce à une tablette tactile, adapter la luminosité, la taille des caractères, le fond d’écran … c’est pouvoir adapter une multitude de livres à sa propre vision.
Le malvoyant qui n’avait accès qu’à quelques ouvrages adaptés peut dorénavant lire n’ importe quel ouvrage de son choix.

Béatrice Henn
Directrice de l’IJA